De par son emplacement privilégié au carrefour de l’Europe et de la Méditerranée, l’université de Provence témoigne, de par sa politique internationale, d’une longue tradition d’accueil, d’échanges et d’ouverture sur le monde.

Plus qu’une orientation, c’est une véritable internationalisation de l’ensemble de ses activités que l’Université a engagée. L’organisation de la mobilité étudiante et professorale de façon réciproque, la dimension internationale de ses formations et, la politique d’attractivité développée à l’égard des étudiants internationaux traduisent une véritable stratégie internationale fondée sur la coopération. En ce qui concerne la recherche, l’Université confirme sa dimension internationale au travers de la mise en réseau de ses équipes de recherche, son soutien aux échanges bilatéraux et l’accueil de doctorants.

Avec environ un millier d’étudiants en mobilité et quelque 300 accords européens et internationaux, l’université de Provence marque sa volonté d’institutionnaliser ses échanges. Au travers de partenariats diversifiés, elle vise à favoriser un accroissement de la mobilité académique étudiante et professorale autour d’axes géographiques et d’actions prioritaires :

Un ancrage européen confirmé
Fortement impliquée dans les programmes européens, l’université participe activement au programme ERASMUS qui se caractérise par des échanges dynamiques concernant les étudiants et une mobilité forte des enseignants et des chercheurs accueillis au sein d’une Cellule Europe, symbole fort de son engagement européen. Sa participation à des actions Jean Monnet ainsi qu’aux grands programmes cadre européens, Erasmus Mundus, PCRD, … tant en qualité d’établissement participant que coordinateur, est la marque d’un engagement croissant dans les réseaux européens.

Un destin méditerranéen
La richesse de sa documentation sur la Méditerranée met l’université de Provence au cœur de plusieurs pôles d’excellence dans ce domaine.
Caractéristique de cette volonté, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), institution phare pour la coopération méditerranéenne créée en 1997, contribue dans sa spécialité à l’ouverture de l’université sur le monde contemporain. Vouée à la diversité culturelle et à l’interdisciplinarité, elle est le lieu privilégié d’échanges d’enseignants, de chercheurs et d’étudiants.
Avec les 2 autres établissements d’Aix-Marseille, l’université de Provence participe au sein l’université virtuelle Téthys au développement des cursus à distance en partenariat avec les institutions des pays du pourtour méditerranéen aussi bien dans le domaine de la formation que de la recherche

Des actions ciblées sur des zones de développement et de solidarité prioritaire
qui s’articulent sur deux axes majeurs :
- l’aide au développement de coopérations avec l’Afrique subsaharienne par le soutien à des programmes pédagogiques, notamment en République centrafricaine, Burkina Faso, Mali, Gabon et à Madagascar, adossés à des partenariats en astrophysique, anthropologie, histoire, archéologie, géographie et environnement.
- l’ingénierie éducative comme l’aide à la création d’un département d’études françaises à l’Université arabe de Beyrouth (Liban), d’un département de géographie à l’Université du Mali à Bamako ou d’un département d’anthropologie à l’Université Marien Ngouabi, la délocalisation d’un parcours de formation de Master avec l’Université Saint-Domingue (République dominicaine) dans les domaines des langues étrangères appliquées ou encore l’aide à la mise d’un master africain en mathématiques appliquées à l’Université de Cocody (Abidjan) et de Gaston Berger (Sénégal).

Des partenariats structurés et diversifiés par la mise en place de programmes d’échanges étudiants, d’assistants et de lecteurs et une coopération transversale, formation et recherche en :
* Amérique du nord où l’Université de Provence se distingue par la parité de ses échanges avec le Québec, le Canada anglophone et les Etats-Unis.
* Amérique latine avec le Brésil et le Mexique comme axes principaux d’une coopération pluridisciplinaire.
* Asie avec le Japon, la Chine, et Taiwan comme axes majeurs dans les domaines des langues, de la philosophie et des sciences exactes.
* Océanie avec l’Australie comme axe principal de coopération dans les domaines des langues, sciences humaines et sciences exactes tant au niveau Master que Doctorat.

 Parallèlement à ses partenariats, l’Université soutient le développement de formations à dimension internationale par :
- la mise en place de diplômes en partenariat international : création de 11 diplômes sous la forme de cursus intégrés conduisant à la délivrance de double ou triple diplômes, de masters aux parcours bi-nationaux et internationaux, de doctorats européens labellisés, la participation à trois Erasmus Mundus.
-l’internationalisation de ses formations : développement de formations innovantes comportant des mentions ouvertes sur l’international, des parcours intégrant une mobilité obligatoire, des spécialités en relation avec des aires géographiques et culturelles adossées à l’enseignement d’une trentaine de langues et civilisations étrangères.

Plus particulièrement en recherche
De par ses actions innovantes et concertées avec les deux autres universités d’Aix-Marseille, l’Université de Provence confirme la dimension internationale de sa recherche par :

 Une structuration accrue de ses pôles scientifiques: consacrés à la mise en valeur de ses axes prioritaires : mathématiques, informatique, énergie et fusion, matériaux organiques, non organiques et de la microélectronique, chimie du vivant, biotechnologies, microbiologie, sciences de l’univers et de l’environnement.
Le secteur littéraire de l’université développe des recherches sur les langues, les civilisations et les techniques de traduction. Les sciences du langage cultivent une recherche pluridisciplinaire originale aux confins des sciences exactes.
En sciences humaines et sociales, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, MMSH, fédère une recherche de très haut niveau centrée sur le monde méditerranéen. Histoire, architecture antique, archéologie préhistorique, sociologie, anthropologie, étude des territoires et des échanges y constituent des pôles d’excellence ;

Son implication dans les enjeux nationaux et internationaux de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), l’Université de Provence est partie prenante dans le programme ITER et les huit Pôles de compétitivité scientifiques retenus au plan national, dont le pôle international sur la microélectronique.
Dans le domaine littéraire et des sciences humaines et sociales, elle coordonne Ramsès2, réseau d’excellence fort de la participation de 33 institutions académiques. Les sciences cognitives, regroupées au sein du Pôle 3C, illustrent la synergie des sciences de la vie et de la psychologie ;

Sa position confortée au sein des programmes d’action communautaire et internationale au travers de :
- sa participation à des appels à projet tels qu’ECOS-Nord et ECOS-Sud, CAPES-Cofecub, PUF, PCRD,
- sa présence au sein de réseaux européens et internationaux : EUA, Agence Universitaire de la Francophonie, le consortium «Euro-Méditerranée Téthys», l'Institut des Amériques, ...
  - une aide aux jeunes recrutés : un soutien à la mobilité de nos jeunes enseignants ou chercheurs, nouvellement recrutés, afin de leur permettre de consolider et pérenniser des relations scientifiques à l’international, souvent engagées lors de stages préalables réalisés en qualité de post doctorants.
  -  sa participation active dans des programmes d’action décentralisée avec la région PACA : ARCUS Brésil portant sur la gestion du risque, la photonique et la caractérisation des matériaux, impliquant un certain nombre d’universités brésiliennes, Aix-Marseille Université et d’autres établissements de la région ; ARCUS Méditerranée en biochimie.



:::::::::::::: Contacts :::::::::::::: Plan du site :::::::::::::: Infos légales ::::::::::::::